DE LA CLAIRVOYANCE

Lorsqu’au beau milieu d’une conversation je la surprenais s’évaporer en un instant, le regard s’enfuyant avec la fumée de sa cigarette, et l’esprit avec, dans un restaurant de Berlin, à la terrasse d’un café de la Croix Rousse ou même dans sa voiture, n’importe où, qu’elle se transfigurait en oubliant que j’étais là alors qu’elle passait tout le reste du temps à me faire croire que je la rendais heureuse, pour fantasmer qu’elle l’était vraiment, je comprenais. Pour la forme, ou pour me rassurer, je lui demandais si quelque chose n’allait pas, et elle me répondait toujours que non. Alors elle retrouvait instantanément son visage enjoué.

Je savais pourtant qu’elle me quittait et je me voilais la face à me persuader que non. Elle allait bien m’abandonner, d’un instant à l’autre, c’était ma certitude, même si elle m’affirmait l’inverse lorsque je lui rentrais dans le lard pour qu’elle avoue, et qu’elle me répondait que non, c’est pourtant bien ce qu’elle a fait. Elle n’a toujours fait que ça dans sa vie, de toute façon, depuis le jour où elle a tant souffert qu’on la laisse. Prendre les devants pour souffrir moins.

J’ai perturbé les règles de son jeu, ces règles qu’elle avait établies pour exécuter son plan à sa manière, déraillé la machine à rupture qu’elle avait instauré avec les autres, avec les hommes. Pour que ça fasse mal de quitter mais encore moins que d’être quittée. Classique. Imparable. Effroyable.

Pour quel soulagement qui engendre quelle flagellation ?

Quelle importance…

Tout est visible dans le regard, l’attitude de l’autre. Tout est écrit. Une seule chose de l’autre qui vous questionne, vous met en doute, vous rassure, vous provoque de l’intérieur, vous perturbe, et c’est la perspective de l’avenir, le schéma, l’issue qui se déroule sous vos yeux.

Si dans l’envergure positive, dans l’espoir, quelque chose vient titiller la raison, semble vous mettre en garde, un avertissement sourd que vous balaierez pourtant parce que vous déciderez d’y croire, vous saurez plus tard que c’était bien perdu d’avance.

On ne change personne, sauf nous-mêmes.

JFG

#MANEKINEKO



33 vues2 commentaires

© 2018 JFGKLUB.NET